Sécurité sur les chantiers : ça ne se décrète pas, ça s’organise !

Pour la filière terre cuite, l’amélioration des conditions de travail ainsi que la sécurité des chantiers est une préoccupation majeure, de la phase de conception à la réalisation, jusqu’au repli du chantier. Elle propose donc aux maçons et professionnels concernés, des outils pratiques et des formations ciblées co conçus avec l’UNA maçonnerie de la CAPEB, l’Union des Métiers du Gros Oeuvre de la FFB, l’OPP-BTP, le CCCA–BTP, l’IRIS-ST et la cnamts : guide de mise en œuvre des briques, bonnes pratiques, choix des matériaux, approvisionnement sur site, protections collectives, etc.

miniature

Envie de découvrir les bonnes pratiques à respecter sur un chantier Brique ?

Téléchargez le guide des bonnes pratiques

miniature

Et pour découvrir les techniques de sécurité sur les chantiers

Notre guide est disponible !

Des innovations au service du confort de travail des maçons : joint mince et pose au pistolet

Avec la nouvelle technique de pose au pistolet, le maçon applique simplement 2 cordons de colle prête à l’emploi sur la brique dépoussiérée et humidifiée. Un nouveau geste qui révolutionne les conditions de travail sur les chantiers, apporte un gain en confort et en rapidité de pose et participe à la préservation des ressources naturelles (eau et sable) car on en utilise moins !

La filière terre cuite travaille depuis longtemps avec les maçons et les acteurs de la prévention sur l’ergonomie des produits et les bonnes pratiques sur chantier en matière d’organisation et de sécurité.

Les activités de maçonnerie nécessitent aussi un savoir-faire qui doit s’adapter aux évolutions des techniques et des solutions constructives en briques.

Bien sûr, la pose à joint mince permet déjà d’importantes économies de matière, de temps, d’eau et un gain de confort pour le maçon qui manipule beaucoup moins de matière : 1,5 kg de mortier-colle par m2 contre 46 kg de mortier en maçonnerie classique !

La pose au pistolet est dans la lignée des ruptures technologiques que la terre cuite a insufflées depuis 30 ans au marché de la maçonnerie.

Pour une maison individuelle moyenne de 115 m2 de murs, ce sont 5 tonnes de sable qui sont économisées ainsi que 450 litres d’eau nécessaires au mélange avec le ciment (l’équivalent de 3 jours de consommation d’eau d’un français). Même s’il reste un besoin résiduel pour l’humidification des briques, du mortier du 1er rang et de zones spécifiques, l’économie en eau est incontestable.

Une même surface de maison (soit 115 m2 de murs) requiert environ 5 tonnes de mortier traditionnel. Ce poids, le maçon le soulève, deux fois : à la préparation et pour monter le mur ! Avec la pose au pistolet, moins de 25 kg de colle sont nécessaires pour la même maison soit 200 fois moins de poids à transporter ! Et bénéfice supplémentaire, la colle est prête à l’emploi et ne nécessite aucun temps de préparation.

C’est un bénéfice immédiat pour les maçons et une forte amélioration du confort de leur travail. Cela doit être une préoccupation pour tous les acteurs du gros œuvre, tant pour préserver la santé des maçons que pour séduire les jeunes en proposant des modes de travail plus attractifs et modernes.